Installation en machine virtuelle

Qu'est-ce qu'une machine virtuelle ?

La virtualisation consiste à faire fonctionner une machine virtuelle (VM) avec un système d'exploitation (OS) nommé invité (Guest) sur une machine réelle fonctionnant avec un système d'exploitation nommé hôte (host).

L'invité est sous la responsabilité de l'hôte avec lequel il peut partager certaines de ses ressources matérielles sans pour autant nuire à l'intégrité du système hôte.

Les OS invités et hôtes ne sont pas nécessairement de la même “famille”: Linux (invité) sur Windows (hôte) et inversement, ou versions différentes du même système d'exploitation.

Prérequis

Un PC relativement récent disposant d'au moins 4 Go de RAM offre une base suffisante pour envisager l'utilisation d'une machine virtuelle de manière suffisamment confortable. Si vous êtes sous Windows 10 ou ultérieur, il faudra plutôt considérer un minimum de 6 à 8 Go.

Nous allons détailler ici l'utilisation du logiciel VirtualBox qui permet de créer des machines virtuelles. Ce logiciel existe aussi bien sur Linux que sur Windows. Son interface est sensiblement la même sous l'un ou l'autre système.

Nous verrons comment créer une VM PrimTux, ce qui permettra de disposer de la distribution pour l'évaluer, l'utiliser occasionnellement, ou encore en disposer sous un environnement Windows sans devoir repartitionner le disque dur. La procédure est assez simple, VirtualBox proposant le plus souvent des paramètres par défaut qui n'auront pas besoin d'être modifiés.

Nous devons préalablement disposer d'une image .iso de PrimTux que nous téléchargeons depuis la page de téléchargement du site. Nous vous recommandons de choisir une version adaptée aux capacités matérielles du PC hôte qui accueillera la machine virtuelle, en vous laissant une grande marge de sécurité puisque nous aurons une machine virtuelle devant fonctionner au sein d'un système qui utilise déjà lui-même de nombreuses ressources.

Installation de Virtualbox

Page du site officiel de Virtualbox pour le téléchargement : https://www.virtualbox.org

Nous devons choisir la version correspondant à notre système d'exploitation, Windows ou Linux. Dans le cas d'un OS Linux, il faut également sélectionner le paquetage correspondant à notre distribution et à l'architecture de notre processeur: i386 pour un PC 32 bits, amd64 pour un PC 64 bits.

Sous Windows le fichier est de la forme VirtualBox-xxxx-Win.exe sur lequel il suffit de double-cliquer pour lancer l'installation.

Sous Linux l'installation dépend de notre distribution. Sous Ubuntu et dérivées, Virtualbox est disponible dans les dépôts. Il est donc possible de l'installer en mode graphique depuis la logithèque ou Synaptic, ou en ligne de commande par

sudo apt install virtualbox

Si Virtualbox n'est pas présent dans les dépôts de notre Linux, ou si nous souhaitons disposer de la version la plus récente du logiciel,  nous téléchargeons le paquet correspondant à notre système depuis le lien donné en début de paragraphe.

Avec le gestionnaire de fichiers nous nous rendons dans le répertoire de téléchargement. Nous y ouvrons un terminal dans lequel nous saisissons la commande d'installation.

Exemple pour les distributions de la famille Debian et dérivées :

sudo dpkg -i nom-fichier-téléchargé.deb

Si nous n'avons qu'un seul paquet .deb dont le nom commence par virtualbox, plutôt que saisir le nom complet, ce qui est fastidieux, nous pouvons saisir

sudo dpkg -i virtualbox*.deb

dpkg -i ne gère pas bien les dépendances. Pour éviter les erreurs d'installation liées à des dépendances non satisfaites, il est préférable d'utiliser Gdebi

sudo gdebi virtualbox*.deb

Si gdebi n'est pas installé (erreur de nom de commande introuvable), nous pouvons l'installer par

sudo apt install gdebi

NOTA : suivant la distribution, un double clic sur le nom du fichier pourra lancer Gdebi automatiquement.

Création de la machine virtuelle

Au Premier démarrage de l'application VirtualBox nous obtenons une fenêtre de ce type :

vbox1.png

Nous cliquons sur Nouvelle pour créer notre première machine virtuelle (VM) destinée à l'installation de PrimTux. Nous obtenons la fenêtre suivante :

vbox02.png

Dans le premier champ, nous donnons un nom à notre machine virtuelle, par exemple… PrimTux !  

Nous pouvons indiquer ici un nom de notre choix comportant accents et espaces si nous le désirons.

Le second champ, Folder, permet de choisir le répertoire dans lequel sera stockée la machine virtuelle. Le troisième, ISO image, permet de sélectionner l'image .iso du système à installer. Il permet l'ouverture une fenêtre de sélection de fichier.  Nous sélectionnons l'image de PrimTux préalablement téléchargée. Virtualbox devrait automatiquement reconnaître le type d'architecture du système et compléter de lui-même les champs suivants. 

vbox03.png

Clic sur le bouton Suivant.

Pour la taille mémoire, VirtualBox propose une valeur optimale tenant compte du matériel. Pour PrimTux nous recommandons un minimum de 2 Go si on ne souhaite pas installer le contrôle parental. Dans le cas contraire un minimum de 3 Go est recommandé.

vbox04.png

Clic sur le bouton Suivant.

Nous laissons cochée l'option Créer un disque dur virtuel maintenant et choisissons la taille à attribuer au disque dur. L'installateur de PrimTux requiert un disque de 30 Go minimum.

vdi-ptx8.png

Clic sur Suivant.

La fenêtre affichée propose un résumé des options choisies. Si tout convient, il ne reste qu'à cliquer suer le bouton [Finish] pour lancer la création de la machine virtuelle.

vbox06.png

En fin de processus, on retrouve la fenêtre principale de Virtualbox avec, à gauche, la liste des machines crées, et dans le volet de droite les options de configuration de la machine sélectionnée.

vbox07.png

Nous aurons quelques modifications à effectuer dans la configuration du système, à laquelle on accède par l'option Configuration du menu, la roue crantée, ou bien en cliquant à droite sur l'un des paramètres écrits en gras.

Pour le réseau, nous recommandons l'option "Accès par pont". Choisissez alors le type d'interface que vous utiliserez (Ethernet ou WiFi).